Arber Xhekaj est-il rejeté par ses coéquipiers?

Alors que les mariages se sont suivis tout l'été, Xhekaj n'a été invité à aucun événement important. Ni au mariage de Jake Evans en Irlande, ni à celui de Josh Anderson en Italie.

Certains disent que Xhekaj voulait économiser de l'argent et qu'il était trop serré pour se rendre en Europe, mais même Brendan Gallagher ne l'a pas invité à son mariage... qui se tenait au FOUR SEASONS à Montréal.

Xhekaj a-t-il perdu aussi l'affection de ses coéquipiers? Après avoir perdu le respect de Martin St-Louis à cause de son indiscipline lors d'un match crucial, Xhekaj vit-il un enfer même dans le vestiaire du CH?

Est-il possible que Xhekaj ait également perdu la sympathie de ses coéquipiers? Après avoir perdu la confiance de Martin St-Louis à cause de son indiscipline lors d'un match crucial, Xhekaj connaît-il des tensions au sein du vestiaire du CH?

Autrefois adulé par les partisans pour sa détermination et sa loyauté envers ses coéquipiers, Xhekaj semble voir sa popularité décliner au sein de la communauté de hockey du Québec.

À en croire tous les commentaires sur les réseaux sociaux, de plus en plus de fans seraient prêts à le voir partir en échange d'un attaquant de haut niveau.

Ce changement d'opinion est surprenant, surtout lorsqu'on se rappelle l'engouement initial pour ce défenseur robuste, souvent perçu comme un « goon » moderne, prêt à protéger ses coéquipiers à tout moment.

La baisse de popularité de Xhekaj coïncide avec les récentes décisions de l'entraîneur-chef Martin St-Louis, qui semble réussir à influencer l'opinion publique en sa faveur dans son conflit stratégique avec Xhekaj.

Le coach semble avoir aussi influencé le vestiaire contre Xhekaj.

St-Louis, connu pour son approche offensive du jeu et sa réticence envers les hommes forts, semble convaincre les fans que le départ de Xhekaj pourrait être un mal nécessaire pour améliorer l'attaque de l'équipe.

Et bien il est en train de convaincre sa chambre en même temps. Ce changement de percepetion a polarisé les partisans, qui étaient autrefois unis derrière leur défenseur courageux. Au tour des joueurs de ne pas voir Xhekaj comme un joueur indispensable. Au point de le snober dans les invitations de mariage.

Il est important de se rappeler que l'arrivée d'Arber Xhekaj avait été accueillie avec excitation, que ce soit chez les fans ou chez les joueurs.

Son style de jeu physique et son courage à défendre ses coéquipiers l'avaient rapidement rendu populaire parmi les partisans...et le vestiaire.

De plus, l'équipe avait même recruté son frère, renforçant l'idée d'une famille Xhekaj pleinement intégrée et engagée dans le succès de l'organisation.

Malheureusement, l'affection pour Xhekaj semble s'être dissipée, en raison de son conflit avec Martin St-Louis. Les partisans, influencés par les discours et les décisions récentes diminuant le rôle de Xhekaj, semblent maintenant prêts à passer à autre chose.

Et le fait que Xhekaj est le seul qui n'a pas été vu à aucun mariage rajoute de l'huile sur le feu. Cette situation montre bien la nature imprévisible et parfois cruelle de la passion sportive à Montréal, où les héros d’hier peuvent rapidement devenir des pions qui se font sacrifier du jour au lendemain.

Le défi pour Xhekaj sera de faire son bout de chemin, en ignorant qu'il est le "rejet de l'été" parmi ses coéquipiers. Il doit vraiment se demander pourquoi il était tant apprécié, et du jour au lendemain, il est devenu un indésirable.

Même Kent Hughes tente de le signer à rabais comme s'il était un moins que rien. Quant à Martin St-Louis, il doit se réjouir de sa victoire dans cette bataille de popularité avec son "rival".

Au final, St-Louis aura brisé la réputation de Xhekaj...dans tous les sens du terme. Au final, Georges Laraque avait raison sur toute la ligne. St-Louis a tout gâché dans la vie du défenseur.

Rappelons les propos de Big Georges en novembre dernier:

"Je vous l'ai dit qu'il y a un moins, Martin St-Louis avait dénaturé Xhekaj. Avant, Xhekaj jouait bien, il a fait des "couples de buts" importants. Il jouait physique, il jettait les gants, il était un facteur intimidant.

"Un match que le CH a perdu et Martin St-Louis a "pété les plombs". Il l'a enguirlandé en lui disant qu'il était trop "agressif"."

"Depuis ce match-là, Xhekaj frappait moins, il était moins physique car il avait peur de prendre des punitions parce qu'il doit écouter son entraîneur-chef. Et un Xhekaj qui ne frappe pas, qui n'est pas intimidant, ce n'est pas la même chose du Xhekaj du début de l'année."

"Il se blesse, et lui, pendant qu'il est blessé, il voit Struble jouer, il regarde Lindstrom jouer, il a hâte de revenir dans l'alignement. Il espère que ce ne sera pas trop long. Et là on le descend, même pas pour un conditionnement. On le descend dans les mineures."

"Quand tu parle de dénaturer un joueur, on commence avec ça, et je ne serais pas surpris qu'il ne termine pas l'année à Montréal."

"Avec le surplus de défenseurs qu'on a en ce moment, si on ne le fait pas jouer en ce moment, et qu'on le descend dans les mineures comme ça alors que c'est le seul qui peut défendre ses coéquipiers. On lui a donné de la m*****, on le descend en bas quand le gars, il s'est battu, il a tout fait, et il est en bas quand même?"

"Ce qu'on fait, c'est le dénaturer. Et on est en train de regarder ce que cette équipe peut faire sans lui. Et si cette équipe continue de bien se débrouiller sans lui, et bien ils vont dire qu'ils n'en ont pas besoin".

Il faut avouer que tout cela est vrai à cent pout cent. Les décisions de St-Louis ont non seulement affecté la confiance et le jeu de Xhekaj, mais elles ont également influencé l'opinion des fans et des coéquipiers, réduisant sa popularité et son statut au sein de l'équipe.

Au point de ne pas se faire inviter à un...deux...et trois mariages de ses propres coéquipiers. La vie est sans pitié dans une chambre de hockey. Xhekaj est passé du "cool de la classe"...au rejet sans amis....

St-Louis a toujours observé avec un certain agacement l'attention médiatique et l'engouement des fans pour Xhekaj, ce qui donnait l'impression que le jeune défenseur était mis sur un piédestal.

Pour St-Louis, aucun joueur ne doit se croire supérieur à l'équipe. Il prône l'unité et la cohésion comme fondements du succès collectif et n'accepte pas les comportements individualistes.

Ce principe s'est manifesté de plusieurs façons. Par exemple, quand Xhekaj a invité St-Louis à l'événement de lancement de son burger pour les restaurants "La Chambre", l'entraîneur ne s'est pas présenté. Ce geste était une manière claire de montrer à Xhekaj que St-Louis désapprouvait les initiatives personnelles qui détournaient l'attention de l'équipe.

Il faut dire que pratiquement aucun coéquipier ne s'est pointé au lancement de Xhekaj. Par jalousie sûrement...et par désir de se ranger du côté de St-Louis.

Peu de temps après cet incident, Xhekaj a été envoyé à Laval, une décision qui a fait couler beaucoup d'encre. Les médias ont spéculé sur les raisons de cette mesure disciplinaire, mais pour St-Louis, il s'agissait simplement de réaffirmer ses principes : l'équipe passe avant tout. Un joueur qui privilégie ses intérêts personnels ne cadre pas avec la philosophie de St-Louis.

St-Louis était-il jaloux de la popularité de Xhekaj, devenu rapidement l'homme le plus populaire de la ville? Ses coéquipiers sont-ils aussi tombé dans le vice de la jalousie?

Une chose est sûre. Ne pas se faire inviter à trois mariages de tes coéquipiers doit être tellement dur sur l'ego. Xhekaj doit avoir le coeur brisé au moment où l'on se parle. 

Il doit être blessé au plus profond de lui-même....

Votre Voix