Le comportement de Justin Poirier a vraiment été inapproprié.

On peut comprendre qu'il soit frustré que le CH l'ait ignoré, mais il est totalement ridicule de vouloir se venger en narguant les dirigeants Kent Hughes et Jeff Gorton.

Lors du camp de développement de l'équipe, les joueurs ont été photographiés avec un tableau indiquant leur nom, leur origine, leur position et leur joueur favori des Hurricanes.

Évidemment, la majorité des joueurs ont mentionné Sebastian Aho, la vedette de l'équipe, mais Poirier a opté pour Jesperi Kotkaniemi. (voir la photo au bas de l'article)

Évidennebtm ce choix inattendu et controversé a fait jaser. Et c'est exactement ce que voulait Poirier. Il connaît trop bien l'histoire de l'offre hostile entre le CH et les Canes, et à quel point le départ de Kotkaniemi pour la Caroline a créé une tempête à Montréal.

Si seulement Kotkaniemi était un joueur important pour le Canes. Mais on parle d'un gars qui joue sur le 4e trio et que les Hurricanes tentent d'échanger par tous les moyens. 

On parle aussi d'un joueur qui n'a cessé de parler en mal de Montréal, de ses journalistes et de ses partisans. Poirier, clairement déçu que Montréal l'ait snobé, en veut à Kent Hughes et Jeff Gorton. Il voulait faire passer son message cinglant de cette manière.

Kotkaniemi a créé des tensions importantes au sein de l'organisation du Canadien en critiquant les médias et les partisans montréalais de manière peu professionnelle.

Ses actions et ses propos ont laissé un goût amer, tant auprès des fans que des journalistes québécois. Les médias finlandais, qui le soutenaient initialement, ont même changé de ton, le qualifiant désormais de "bébé gâté" et de "joueur égoïste".

Cette réputation négative a suivi Kotkaniemi en Caroline, où il a été accusé de manquer d'engagement lors des entraînements et des matchs.

Son ancien coéquipier Joel Armia, qui avait lui-même des relations tendues avec les médias, a pris ses distances avec lui, se rendant compte des conséquences de telles attitudes.

En choisissant Kotkaniemi comme son joueur préféré, Poirier semble vouloir narguer le Canadien de Montréal, mais il montre également un comportement qui nuit à sa répiutation.

La décision de Poirier est d'autant plus déroutante que Kotkaniemi n'est pas un joueur de premier plan avec les Hurricanes et traîne une réputation problématique.

Le coach du Canadien, Martin St-Louis, a d'ailleurs travaillé dur pour instaurer une culture de respect et de discipline au sein de l'équipe, des valeurs que Kotkaniemi semble avoir ignorées. Poirier justifie dans le fond pourquoi le CH l'a ignoré.

Il est clair que choisir Kotkaniemi était une tentative de montrer son mécontentement d'avoir été ignoré par le Canadien lors du repêchage.

Cette attitude risque de lui coûter cher, car elle peut être perçue comme un manque de maturité et de professionnalisme, des qualités essentielles pour réussir dans la LNH.

Kotkaniemi est non seulement devenu un joueur indésirable avec son salaire de 4,82 millions de dollars par année jusqu'en 2030. Il est vraiment ridicule de le choisir comme joueur préféré.

La décision de Poirier a été perçue par plusieurs comme une tentative de vengeance envers le Canadien de Montréal, l'équipe de son enfance, qui l'a ignoré lors du repêchage.

Poirier, un attaquant québécois mesurant 5 pieds 7 pouces, a exprimé sa frustration d'avoir été négligé par plusieurs équipes, y compris le Canadien.

Il a affirmé qu'il se vengerait en prouvant sa valeur sur la glace. Malgré sa petite taille et un coup de patin critiqué, Poirier a démontré son habileté impressionnante à marquer des buts, terminant la saison avec 69 buts en 85 matchs, séries incluses. Mais le CH ne voulait simplenent pas d'un autre nain dans sa formation.

Lors d'une entrevue avec Anthony Martineau de TVA Sports, Poirier a confié qu'il comprenait pourquoi le Canadien ne l'avait pas choisi, étant donné leur abondance de petits attaquants. Cependant, il n'a pas caché sa déception et sa volonté de prouver que les équipes avaient tort de l'ignorer.

Rappelons ses propos: 

"Ils ont déjà beaucoup de petits joueurs et c'est peut-être mieux ainsi, même si j'aurais adoré jouer pour l'équipe de mon enfance". (crédit: TVA Sports)

"Je suis peut-être petit, mais les buts, c’est moi qui les marque. La chose que j’ai le plus hâte de faire maintenant, c’est de prouver aux équipes qu’elles ont eu tort".

"J'ai prouvé que j'étais un buteur, même en séries (17 buts en 18 matchs). Ceux qui ne croient pas en moi, je vais les envoyer promener."

Le choix de Kotkaniemi par Poirier peut être vu comme un geste de provocation envers le Canadien de Montréal, un clin d'œil à la rivalité entre les deux équipes suite à l'offre hostile faite par les Hurricanes pour Kotkaniemi.

Il reste maintenant à Poirier de prouver sur la glace que le Canadien a commis une erreur en ne le sélectionnant pas.

Toutefois, avec ses limitations physiques et son coup de patin critiqué, il devrait se garder une petite gêne avant de se prendre pour Wayne Gretzky.

Il reste de nombreux obstacles pour atteindre la LNH et disons que provoquer le Canadien de Montréal ne l'amènera nulle part.

Comme on dit en anglais "grow up". Oui, il est temps de grandir et de maturer pour Justin Poirier.

Comportement inapproprié de Justin Poirier: il voulait se venger de Kent Hughes

Votre Voix