Kirby Dach est coincé dans une situation complexe et délicate.

Alors que Nick Suzuki, Cole Caufield et Juraj Slafkovsky ont tous signé des contrats lucratifs à long terme, Dach doit encore prouver qu'il mérite une telle reconnaissance. Le contexte actuel, tant financier que sportif, le place dans une position précaire.

Lorsqu'on parle des contrats chez le Canadien de Montréal, les discussions récentes se concentrent principalement sur Arber Xhekaj et Justin Barron, les deux derniers agents libres avec restriction de l’organisation.

De plus, Kaiden Guhle, le "stud de la ligne bleue", pourrait bientôt signer un contrat à long terme, suivant l'exemple de Slafkovsky qui a signé pour 8 ans et 7,6 M$ par année.

Malheureusement, Kirby Dach, même s'il fait partie du noyau offensif de l'équipe, se trouve dans une situation différente...et beaucoup moins confortable.

Dach, contrairement à Suzuki, Caufield et Slafkovsky, a signé un contrat pont ("bridge contract") de quatre ans d’une valeur de 3,362 millions de dollars par saison en 2022.

Ce contrat, signé par Kent Hughes, était une décision raisonnable compte tenu de son parcours et des circonstances entourant son arrivée à Montréal.

Après tout, les médias de Chicago affirmaient que Dach était une véritable porcelaine et qu'il allait avoir d'autres pépins physiques à Montréal, lui qui ne peut tout simplement pas rester en santé depuis son arrivée dans la LNH.

Si Dach pense pouvoir empocher l'argent de ses amis à long terme, il devra non seulement prouver qu'il est une vedette dans cette ligue, mais surtout, il devra rester en santé.

Les défis auxquels Dach est confronté sont multiples. D'abord, son historique de blessures a limité son temps de jeu et, par conséquent, sa chance de démontrer sa pleine valeur.

Ses blessures fréquentes ont sans doute semé le doute quant à sa capacité à rester en bonne santé sur une saison complète.

Cette fragilité perçue influence la réticence de l'équipe à investir massivement dans un contrat à long terme pour lui. Et Kent Hughes a raison d'hésiter. Car la porcelaine peut se briser à tout moment.

De plus, Dach doit encore prouver qu'il peut retrouver sa confiance et offrir des performances constantes sur la glace. Rien n'est moins sûre. À force d'être sur la touche, tu perds ta confiance, tu perds tes réflexes et tu peux t'enliser.

La saison prochaine sera cruciale pour lui. Une bonne performance pourrait lui permettre de négocier un contrat similaire à ceux de ses coéquipiers, même s'il est inférieur à 7,6 M$ par année, mais cela nécessite de surmonter les obstacles actuels au niveau de sa santé et de montrer une progression constante.

Pour Dach, la saison 2024-2025 sera synonyme de..."Ça passe ou ça casse"... En juillet 2025, il sera éligible à signer une nouvelle entente, et s'il n'y parvient pas, il deviendra agent libre avec restriction en 2026, à un an de l'autonomie complète.

Cette situation donne à Dach une certaine influence, car un joueur talentueux proche de l'autonomie complète peut exercer une pression pour obtenir ce qu'il veut, que ce soit en termes de contrat ou de destination.

Mais de l'autre côté, si sa santé "choke" encore, il ne vaudra plus rien. Absolument plus rien. La direction du Canadien devra alors évaluer si l'historique de blessures de Dach constitue un risque trop important.

La décision de lui offrir un contrat à long terme dépendra de sa capacité à rester en bonne santé et surtout, à prouver qu'il peut redevenir le joueur qu'il était lors des quelques flahs qu'il nous a montrés.

L'agent de Dach doit lui faire miroiter en ce moment que le montant potentiel d'une entente à long terme qu'il pourrait aller chercher a tous les facteurs de son côté: l'augmentation du plafond salarial, son talent et son identité "two-way".

Si Dach reste en santé, il pourra exiger un salaire élevé, dans les eaux de ses coéquipiers actuels. Le Canadien devrait alors acheter plus d'années d'autonomie complète que pour Suzuki, Caufield et Slafkovsky, ce qui pourrait placer Dach dans une position de force.

Mais en ce moment, Kirby Dach se retrouve dans une position délicate, délaissé financièrement et sportivement par rapport à ses coéquipiers.

Il doit non seulement prouver qu'il peut rester en bonne santé, mais aussi démontrer qu'il mérite un contrat à long terme au sein du Canadien.

La saison 2024-2025 sera stressante à tous les points de vue. L'incertitude demeure, et la pression est grande pour ce jeune talent de prouver sa valeur dans une organisation exigeante comme celle du Canadien de Montréal.

Ça passe...ou ça casse...

Votre Voix