Scoops, Rumeurs, Actualité.
La face cachée du hockey.

Le PARTY est POGNÉ RARE à Nashville...

- Le PARTY est POGNÉ RARE à Nashville...

- On appelle ça...

- Le PARTY "ON NE PAYE PAS SHEA WEBER"...

- AMEN...

La PRESSE CANADIENNE: La nouvelle convention collective dans la Ligue nationale de hockey compte quelques subtilités et parmi celles-ci, une formule revisitée des pénalités accordées pour une retraite anticipée d’un joueur à qui une équipe a accordé un interminable contrat vient soulager les Predators de Nashville dans le dossier de Shea Weber.

Le site web THE ATHLETIC a souligné la situation, vendredi. 

Le capitaine des Canadiens de Montréal, qui bénéficie d’une entente de 14 ans pour 110 millions $, possède un contrat valide jusqu’au terme de la saison 2025-2026. Il aura alors 40 ans.

En changeant la formule précédente, l’organisation des Predators n’a plus à craindre de devoir absorber d’un seul coup un montant de 24,6 millions $ dans le cas où Weber se retirerait avant la toute dernière année de son contrat, soit en 2025. Advenant un tel scénario, le club de Nashville recevrait plutôt une pénalité de 7,86 millions $ pendant trois ans et bouclerait le dossier en payant un dernier million $ lors de la saison 2028-2029.

En bref, les Predators n’ont plus à craindre un gouffre financier si Weber, sans être sur la liste des blessés à long terme, devait se retirer en 2025. Les risques d’une pénalité demeurent néanmoins et Nashville souhaite encore, évidemment, que le défenseur du Tricolore respecte l’entièreté de son contrat.

Votre Voix